Avoir un partenaire d'entrainement peut être un atout pour progresser. Encore faut-il que ce soit un bon partenaire d'entrainement.

Voici 6 choses pour être un bon partenaire d’entrainement.

1- Un partenaire d’entrainement doit être ponctuel

Il est pénible d’attendre son partenaire d’entrainement. En effet, vous arrivez à la salle de gym, vous commencez à vous échauffer en l’attendant, et il n’arrive pas !

Résultat : vous vous échauffez pour rien, et vous vous fatiguez inutilement, vous vous agacez. De plus, vous pouvez perdre votre motivation car l’échauffement est aussi un conditionnement mental pour la une bonne séance de musculation.

La ponctualité est une marque de respect et si votre partenaire d’entrainement n’est jamais à l’heure, il ne vous respecte pas.

2- Le partenaire d’entrainement doit être un bon pareur

S’avoir parer ou « assurer » requiert une bonne connaissance de son partenaire.

Il y a trois façons de parer :

Le partenaire vous laisse galérer sous la barre au point que la répétition devient interminable, le risque est alors de se blesser, et de faire de faux ou mauvais mouvement. Exemple au développé couche, en levant les fesses du banc. C’est une mauvaise façon de parer.

Le partenaire vous aide trop au point que vous ne ressentez pas la vraie charge de la barre. Le risque est alors de ne pas sentir correctement les muscles travaillés. De plus, vous n’avez pas idée de votre vraie force et pouvez difficilement mesurer votre progression. Cela se voit souvent au développé couché ou le pareur fait simultanément un tirage menton ! C’est une mauvaise façon de parer. 

Le partenaire vous laisse faire le mouvement tout seul et l’accompagne légèrement au moment où la barre ne monte presque plus. Il laisse ainsi une fluidité de mouvement continu sans pour autant laisser « crever » son partenaire sous la barre ou le priver de son effort. C’est la bonne façon de parer. En parant comme ça, vous allez progresser. Attention à ne pas faire ou abuser des répétitions négatives qui peuvent, à la longue, devenir traumatisantes, et nécessitent un temps de récupération plus long.

3- Le niveau doit être assez proche entre deux partenaires d’entrainements

Avoir un niveau sensiblement équivalent permet de se « tirer la bourre », cela implique une petite compétition saine. Avoir un partenaire beaucoup plus fort peut poser un problème de démotivation. Une trop grande différence de force est aussi gênante quand il s’agit de décharger et recharger les barres. En effet, si vous faites des deadlifts à 130 kg et que votre partenaire d’entrainement travaille à 250 kg, cela fait perdre du temps et de l'énergie à charger et décharger la barre.

4- La même vision de l’entrainement, le même objectif

Avoir la même vision de l’entrainement, ainsi qu'un même objectif est un point qui peut être important. Si votre but est de prendre de la masse musculaire et que votre partenaire d’entrainement veut juste faire un peu de musculation d’entretien, alors vous n’êtes pas sur la même longueur d’onde. Avoir la même vision et les mêmes objectifs est réellement un atout car vous livrez la même bataille. Si vous et votre partenaire voulez prendre du muscle vous allez partager le même objectif, le même état d’esprit et cela sera encore plus motivant.

5- Un partenaire d'entrainement ne parle pas d'autres choses que d'entrainement

Si votre partenaire vous raconte sa vie, sa dernière soirée ou je ne sais quelle anecdote, il vous détourne de l'objectif. Quand on s'entraine on doit rester focus sur la séance, sur son entrainement et même sur l'entrainement de son partenaire. Il n'y a rien de plus insupporatble que perdre son intensité durant la séance à cause de bavardages sans importances. A la rigueur, parler brièvement d'entrainement, de techniques ou de diète, mais par pitié, laissez vos soucis pros et persos aux vestiares, car vous êtes la pour vous entrainer. La salle de musculation est une arêne, pas une basse-cour. 

6- Un partenaire d’entrainement doit vous motiver

Le partenaire d’entrainement doit vous booster, vous motiver à aller chercher de l’énergie dans vos derniers retranchements. Mais pour vous motiver, le partenaire d’entrainement doit être aussi motivant. Si votre partenaire fait sa feignasse en refusant d’aller chercher les 2-3 répétitions qu’il pouvait faire, il y a fort à parier que vous n’aurez pas envie d‘entendre ses encouragements à aller chercher ces mêmes répétitions supplémentaires.

L’illustration parfaite d'un vrai partenaire qui motive c'est Leroy Davis, le training partner de Dorian Yates dans la vidéo Blood and Guts

“The training partner was always responsible to challenge you at all times. I beleive 100% in a training partner”  Arnold Schwarzenegger