Voici une interview de Gilles Cairoli, figure bien connue à Thonon les Bains, tant pas son statut d’élu que par son parcours sportif.

La formation et le sport pour tous à Thonon les Bains

Bonjour Gilles, peux-tu te présenter ?

Gilles Cairoli, j'ai 56 ans, élu en tant qu'adjoint en charge des affaires sportives et au développement durable depuis 1995. Je suis gérant d'une société de soudure, tuyautage et plomberie.

Je suis coach sportif au sein de l'association « Sport Progrès » que j'ai créé en 2008.

Peux-tu nous dire un mot sur la politique sportive de la ville de Thonon les Bains ? Quels sont les évènements et projets à venir ?

La politique sportive que je défends depuis mon arrivée porte sur la formation.

En effet, Thonon est loin des universités et grandes écoles, une grande partie de nos jeunes quittent la région pour leurs études. Il est donc nécessaire de former beaucoup plus pour en garder un faible pourcentage, et puis il est important d'encadrer notre jeunesse. 

J'ai toujours fait en sorte de ne léser personne, j'estime que l'accès aux activités et aux installations sportives doit être le plus large possible. Il n'y a pas de hiérarchie dans le milieu sportif, chacun a sa place. 

Sur le plan des grands projets, j'ai à cœur de toujours faire en sorte de donner les  installations nécessaires à l’évolution des clubs. Nous avons construit et rénové beaucoup d'infrastructures. Aujourd'hui je m'attache à finaliser la construction de la base nautique des Clerges, et de lancer le centre de préparation sportive.

Je contribue à faciliter l'organisation de compétitions nationales et internationales à Thonon c'est une belle vitrine pour notre commune.

Un sportif accompli et un compétiteur dans l’âme

Tu as un passé sportif important, qu’en est-il de ton palmarès sportif ?

J'ai pris ma première licence sportive à l’âge de 7 ans, au club cycliste de Thonon les Bains, mon père était féru de vélo.

Après une grosse chute qui m'avait valu un été sans sport, un copain de classe m'a emmené au rugby, histoire de me remettre au sport. Je n’en suis reparti que 18 ans plus tard, après avoir émigré à Chambéry en 1ère Division, et Annemasse en 2ème Division, pour revenir terminer ma carrière comme entraineur/joueur dans mon club de cœur de Thonon les Bains.

Comme je suis un homme de défi, j'ai ensuite pratiqué le triathlon pendant 12 ans, avec en point d'orgue, une place de 5ème français au « Triathlon international de Genève ». Ceci m'avait valu une invitation l'année suivante, où j'ai pris le départ au côté des meilleurs triathlètes mondiaux.

En parallèle, je pratique la moto sur piste et j'ai accroché une victoire et une 3ème place au « Bol d'Or Classic » en 2012 et 2014.

Quel est ton entrainement actuel ?

Aujourd'hui, je m’entraîne encore 6 fois par semaine : 3 jours en musculation et course à pied et VTT le reste du temps.

La compétition pour soi, La politique pour les autres

Tu as 3 casquettes : ton métier de soudeur, ton rôle d’élu, et ton activité de coach. Comment fais-tu pour concilier tout ça ?

Ce n'est pas évident de concilier ces trois casquettes, il faut une organisation minutée, mais chacune de mes passions apporte quelque chose aux deux autres.

Le sport me permet d'effacer les tracas quotidiens et de commencer les journées en ayant  la tête vide.

Dans le sport on gagne une compétition pour soi, en politique on atteint son but pour les autres.

Parle-nous de tes coachings : quelle est ta spécialité ?

J’ai commencé le coaching suite à un contact avec Marc Fontan (ancien champion du monde de moto) qui cherchait un préparateur pour les pilotes de son team.

J'ai beaucoup travaillé sur la préparation des pilotes, et je dois dire que j'ai acquis quelques lettres de noblesse, puisque j'ai vu passer dans ma structure des jeunes pilotes qui sont maintenant titrés en championnat de France et du Monde.

Je continue aujourd'hui avec Mat Charpin, qui roule en « Championnat du Monde d'Endurance » et en « Championnat de France de Vitesse ».

J'ai commencé la préparation pour la course à pied, et  j'ai un petit noyau de filles qui progressent très vite puisque sur 3 courses nous avons 2 victoires.

Détermination, Disponibilité, Discipline

Quelle est ta vision du coaching et de la préparation physique, en quoi consistent tes suivis ?

Le sport m'a tellement donné que je veux rendre autant que possible, faire profiter de mon expérience au maximum, faire gagner du temps à mes athlètes en leur  évitant les erreurs que j'ai commis.

Je leur inculque l'humilité et l'abnégation. J'ai toujours considéré que dès que l'on s’arrête, on régresse. 

Je leur fait suivre la règle des 3 D: Détermination, Disponibilité, Discipline.

Il y a 2 séances par semaine, les autres jours, ils ont un programme à suivre.

Je les accompagne sur les courses quand mon emploi du temps le permet, car je suis convaincu que la présence du coach est vitale sur les compétitions.

Le Challenge TNT Deadlift fait parler de Thonon dans le monde entier

Tu participes régulièrement au « Challenge TNT Deadlift » organisé par la société TNT Sport. Comment vis tu cet évènement ?

Le challenge TNT Deadlift reste un événement unique et novateur. Cela fait parler de Thonon dans le monde entier.

En ma qualité d'élu, je m'en réjouis. En ma qualité de compétiteur, je fais de mon mieux et cela m'oblige à me préparer, parce qu'il n'y a que la compétition qui me motive.

As-tu une devise, une citation à nous communiquer ?

Plus dur que la défaite, l'abandon.