Infos Pratiques : DLC et DLUO

Parfois, il arrive que certains produits en promotion affichent une DLUO passée ou en phase de l'être.
Le fait que vous soyez réticent à les consommer peut paraître normal. Vous vous demandez si oui ou non ces produits sont toujours bons et si oui ou non ils peuvent être vendus ?
A ces deux questions, la réponse est OUI !

Faisons le point. Il existe 2 catégories relatives à la date limite pour les produits alimentaires : la date limite de consommation (D.L.C) et la date de durabilité minimale (D.D.M), qui est en fait, la date limite d'utilisation optimale (D.L.U.O).
ATTENTION : Seul le dépassement de la D.L.C comporte un risque pour la santé.

Cette information est disponible sur le site Service.Public.fr et a été vérifiée le 09 août 2018 par la Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre) et la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).

D'ailleurs, pour les personnes doutant encore de la véracité de ces informations, voici le texte publié sur le site officiel de la DGCCRF - Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes :

La date limite de consommation (DLC)

La DLC indique une limite impérative. Elle s'applique à des denrées microbiologiquement très périssables, et, qui, de ce fait, sont susceptibles, après une courte période, de présenter un danger immédiat pour la santé humaine.
Fixée sous la responsabilité des professionnels au terme d’essais de vieillissement, la DLC est apposée sur des produits tels que les charcuteries, les viandes fraîches ou les plats cuisinés réfrigérés.
Généralement, les denrées assorties d’une DLC se conservent au réfrigérateur. Leur sécurité au bout de la DLC n’est garantie que si les conditions de conservation sont respectées.
La DLC s'exprime sur les conditionnements par la mention « À consommer jusqu’au… » suivie de l'indication du jour et du mois ou d’une référence à l’endroit où cette date figure sur l’étiquetage.

Il est important de respecter cette date et de ne pas consommer un produit périmé, surtout si la température d'entreposage ou de conservation, mentionnée sur l'emballage, n'a pas été respectée (rupture de la chaîne du froid).

La date de durabilité minimale (DDM)

La DDM, terme qui a remplacé la date limite d’utilisation optimale (DLUO), n'a pas le caractère impératif de la DLC.
Une fois la date passée, la denrée peut avoir perdu une partie de ses qualités spécifiques, sans pour autant présenter un risque pour celui qui le consommerait.
Ainsi, il n’est pas nécessaire de jeter les produits concernés quand la DDM est dépassée, pourvu que leur emballage ne soit pas altéré.
Tel est le cas, par exemple :
du café qui, passé un certain délai, perd de son arôme ;
des aliments de diététique infantile, qui perdent de leur teneur en vitamines une fois la DDM dépassée ;
des pâtisseries sèches qui, en vieillissant, perdent de leurs qualités gustatives.
La DDM est exprimée sur les conditionnements par la mention « À consommer de préférence avant le… »complétée par l’une des indications suivantes ou par une référence à l’endroit où cette indication figure sur l’étiquetage :
jour et mois pour les produits d'une durabilité inférieure à 3 mois ;
mois et année pour les produits d'une durabilité comprise entre 3 et 18 mois ;
année pour les produits d'une durabilité supérieure à 18 mois.
Seuls les produits munis d'une DLC doivent impérativement être retirés de la vente et de la consommation, dès lors que cette date est atteinte.

Donc n'ayez plus peur de consommer des produits qui ont une DLUO un peu dépassée, non seulement ils ne vous veulent pas de mal, mais en étant en général proposés avec de belles promotions, vous pouvez faire du bien à votre portefeuille !