L’utilisation de stéroïdes anabolisants par des bodybuilders récréatifs a été démocratisée avec l’internet et l’accès à l’information. Cette pratique illégale n’est pas sans risque pour la santé, mais le dopage est de plus en plus banalisé et subit une croissance exponentielle, surtout au niveau amateur. « Se charger » est pour beaucoup synonyme de gain de temps et de facilité et permet, à quasi n’importe qui d’obtenir malgré tout des résultats même avec un entrainement foireux. 

D’ailleurs, il y a fort à parier que quand un utilisateur de stéroïdes anabolisants ne progresse pas c’est probablement dû à la mauvaise qualité de ses produits. En effet, la demande étant de plus en plus importante, il s’en suit logiquement un développement du marché parallèle avec des reventes de produits contrefaits qui peuvent être douteux.

Des chercheurs ont analysé les substances comprises dans des préparations de stéroïdes anabolisants

Une analyse de la composition de 358 préparations différentes de stéroïdes a été faite par des chimistes tchèques et slovaques. Elle paraitra bientôt dans « Drug Testing & Analysis », les résultats sont alarmants.

En effet, il y a un manque d’information concernant les anabolisants vendus en République tchèque et en Slovaquie. Le but de cette étude était donc d'évaluer la quantité de substances actives dans les substances anabolisantes obtenues auprès de consommateurs de « stéros » dans ces pays.   

En outre, l'étude a également examiné les tendances actuelles en matière de produits contrefaits utilisés par les bodybuilders amateurs et les membres réguliers des salles de musculation. Pour cela, les auteurs ont mis au point et validé une technologie ultra performante afin de déterminer les substances dopantes les plus utilisées dans différentes formulations pharmaceutiques (injectables à base d’huile ou comprimés). Cette méthode a été utilisée avec succès pour l'analyse de 358 produits AAS.

Plus de 40% des résultats non conformes à ce qui est annoncé

Les résultats ont montré que 58,9% des produits analysés contenaient les substances actives aux concentrations déclarées, 15,9% ne contenaient aucune substance active, 16,8% étaient sous-concentrés, 4,5% contenaient des substances actives différentes de celles déclarées sur l'étiquette et 3,6% des produits étaient trop concentrés.

De manière alarmante, les résultats ont montré que plus de 40% des stéroïdes anabolisants analysés ne répondaient pas aux exigences de l'étiquette et pouvaient donc poser des risques importants pour la santé des consommateurs.

L’oxandrolone est la plus falsifiée

Un peu plus de 15% des préparations étaient sous-dosées et presque autant ne contenaient rien du tout. La catégorie la plus falsifiée était celle du stéroide anabolisant populaire Oxandrolone (Anavar). La raison principale est le coût élevé de l’Oxandrolone. Ainsi, les chercheurs soupçonnent qu'en raison de son prix relativement élevé, il est financièrement intéressant que les ateliers produisent des produits contrefaits.

Cette étude a également mis en évidence le fait que l’accès aux anabolisants devrait être plus restreint de manière plus rigoureuse et que leur qualité devrait être étroitement surveillée notamment afin de protéger ses utilisateurs.

Source :
https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1002/dta.2541
http://www.ergo-log.com/358-european-anabolic-steroids-two-of-three-oxandrolones-bad.html