Salut, peux-tu te présenter ?

Salut à tous, je m'appelle Gabrielle MARTIN alias Gaby Strong Lady, j'ai 21 ans. Amoureuse des sports de force je suis bodybuilder amatrice et compétitrice strongwoman.

Originaire du Sud de la France je suis venue emménager à Villeurbanne pour mes études. En effet après l'obtention de mon BTS tourisme à Montpellier je me suis orientée vers une formation de coach sportif (bpjeps agff D) que je suis actuellement à IPSO Campus Lyon. Dans le cadre de ce diplôme je suis en stage à Gym237 où j'assure des coaching personnels et la préparation complète d'une élève pour une compétition de bodybuilding. Je sortirai diplômée d'ici Décembre 2017 si tout se passe pour le mieux !

Avant de me consacrer au sport, j'étais pianiste passionnée durant 4 années jusqu'à mon départ pour mon BTS, je me présentais régulièrement en concert. J'ai été élève au conservatoire de Nîmes et à l'école de musique d'Alès. Sacré contraste de passer de la grâce du clavier à la dureté de la fonte mais pour moi les deux disciplines sont liées par tous ce qu'elles m'ont apporté et apprise : l'équilibre personnel, la discipline, la détermination, le dépassement de soi et la remise en question.

Les premières armes en compétition Strongman

Peux-tu nous décrire ton parcours sportif ?  

Très tôt mes parents m'ont amenés avec ma sœur à des cours de natation, de gym et d'équitation. Puis à mon arrivée dans les Cévennes j'ai expérimenté le judo pendant 2 ans, en continuant en parallèle l'équitation que j'ai pratiqué pendant 10 ans. J'en garde de merveilleux souvenirs avec ma jument (avec de superbes gamelles bien évidemment). Avec cette pratique j'ai obtenu mon Galop 4 d'équitation classique et galop 3 de voltige.

A partir de mes 15 ans dans mon adolescence plutôt mouvementée mon activité sportive se réduisait aux cours d'EPS du lycée avec une hygiène de vie catastrophique. C'est lorsque j'ai quitté les Cévennes à 18 ans pour les études à Montpellier j'ai eu un véritable déclic. Je ne supportais plus ma condition en surpoids et mon hygiène de vie.

Je me suis donc entraînée pendant 9 mois dans mon appartement avec seulement un banc déclinée et deux haltères réglables. De là j'ai perdu 15 kilos et j'ai obtenu un physique athlétique. Je me suis ensuite inscrite pour la première fois en salle de musculation en Août 2015. De là j'ai pu enfin commencer à appliquer et tester les connaissances que j'avais acquises via des ouvrages et le web. Ayant une génétique favorable à l’hypertrophie (merci papa) et un goût prononcé pour la force, j'ai eu une bonne progression en terme de développement physique et performances.

Quelques mois suivant mon arrivée sur Villeurbanne, j'ai décidé de participer au Grand Prix International de Strongman à Ham en Mai 2017 ! Ma première compétition de strong, où je me suis classée 2e internationale et 1ere française. Ça a été une excellente journée sous une ambiance incroyable, j'ai fait de superbes rencontres ! La deuxième compétition a été la finale des championnats de strongman en Suisse, je me suis classée 3e strongwoman. C'était un sacré barème et un véritable challenge pour « le bébé » que je suis dans ce milieu, et ça a de nouveau été une expérience très enrichissante et remplie de belles rencontres. Pour les performances des 3 fondamentaux, j'ai pour l'instant validé un squat complet à 125kg, un bench à 72,5kg et un deadlift à 150kg (qui a dû s'améliorer entre temps, à re-tester !)

Mixer le Bodybuilding et le Powerlifting : la masse et la puissance

Peux-tu nous décrire ton entraînement ?

Mes entraînements sont un mélange de powerlifting et de bodybuilding.

Je m'entraîne généralement 6 jours sur 7. Un groupe musculaire différent est travaillé chaque jour, en commençant avec un exercice que je travaille en force puis avec 3 - 4 autres exercices pour l’hypertrophie musculaire (avec un spectre de répétitions plus large). Par exemple le jour des quadriceps je commence par du squat avec des séries dans un spectre répétitions supérieur à 85% de ma RM. Puis j'enchaîne avec des exercices comme de la presse à cuisses, des fentes, et un exercice analytique comme du leg extension par exemple. Le travail de force et d’hypertrophie se marient très bien.

En période de préparation pour une compétition de strongman je concentre mes entraînements sur les exercices imposés par le barème. Chaque jour est consacré à un exercice précis dont je vais travailler la technique et la performance, suivis d'exercices d'assistance cohérents sur des séries avec charges moyennes. Je mets un point d'honneur sur les exercices d'assistance qui sont nécessaires pour faire de bonnes perf, rééquilibrer les ratios de force, éviter les blessures, et prendre un max de viande au passage ! (rire)

On peut me voir pousser principalement au Gigagym de Villeurbanne et pour le strong à Gym237. Remerciements au passage à Cédric Wandrol qui a investis dans le matériel pour mes préparations.


Entrainement basique, alimentation basique

Qu’en est-il de ton alimentation, supplémentation … ?

Pour mon alimentation c'est tout à fait basique ! J'ai environ 4 repas dans la journée pour couvrir mes besoins caloriques. En effet pour mes objectifs de force et de prise de masse musculaire je suis toujours en léger surplus calorique pour pouvoir m'entraîner et progresser correctement. Puis lorsque j'ai envie de me voir plus définie ou que je rencontre un plateau dans ma progression je fais un « nettoyage » sur quelques semaines, pour relancer la machine après par effet de surcompensation. Car naturellement il est impossible de progresser sans prendre un minimum de gras ou en se situant en dessous de 18% (pour les femmes), à part en étant débutante. Alors les filles ne rêvez plus et mangez ! (rire)

Mes sources de protéines sont classique : blanc de poulet, poisson, steak haché 5%.. Pour les lipides je privilégies les sources d'oméga 3 : huile de lin, colza, poisson gras. Et pour les glucides je reste principalement sur des fruits, du riz et de la patate douce.

En période de compétition de strong je fais en sorte d'augmenter les calories 2 semaines avant la date du concours pour prendre un peu de gras et d'eau, ça me permet de mieux récupérer entre les épreuves et d'avoir plus de force en général.

Et là ceux qui me suivent sur Instagram vont se demander où est passé mon samedi soir ! (rire)

En effet j'aime bien me faire plaisir sur un repas dans la semaine en mangeant ce qui me ferait le plus plaisir sur le moment. C'est souvent pizza ou burger avec en dessert tout ce qui peut être au chocolat.. Je ne prépare pas pour le moment de compétition de bodybuilding alors je me le permet, c'est important de passer de bons moments avec ceux qu'on aime.

Niveau compléments alimentaires je privilégie les compléments santé : vitamines, minéraux et glycine. Pour les compléments plus liés à l'entraînement je prends uniquement 5gr de créatine avec mon repas post-training pour recharger mes stocks. Concernant la protéine en poudre avec toutes ses variantes je n'en prends pas car mon alimentation en contient assez. Je trouve ça très pratique uniquement quand je suis en déplacement. De plus un shaker de prot n'a jamais réussis à me rassasier plus de 1h. Si tu veux être solide, mange solide !

Des Objectifs à venir dont le Challenge TNT Deadlift

Tu vas participer au Challenge TNT Deadlift 2017, qu’est ce qui te motive à le faire ?

L'amour du deadlift ! (rire) Il est vrai que le soulevé de terre est mon exercice préféré et faire une performance en public avec une super ambiance ça ne peut que me tenter !

Cet événement est aussi l'occasion de faire de belles rencontres (public et athlètes) et de pouvoir partager un moment avec des personnes du milieu de la force. Je prévoyais de le faire l'année précédente également mais malheureusement je me suis faite percutée par une voiture quelques semaines avant (humérus fracturé), donc cette année NO EXCUSES !

Quels sont tes objectifs sportifs à venir ?

Concernant les compétitions, j'aimerai continuer à concourir en strongman à l'international. La finale des championnats de Suisse a été une expérience géniale et ça m'a motivé à représenter au mieux que je pourrai le strong féminin français. Selon les opportunités qui s'offriront à moi l'Angleterre reste un des pays où je souhaiterai concourir prochainement. Et bien sûr je compte bien remettre le couvert en France au Grand Prix International de strongman 2018 by Warrior Gear ! De plus une saison de powerlifting peut être envisageable cette année, je me laisse encore le temps de réfléchir à la fédération qui me conviendrait pour tirer.

Par rapport à mes entraînement je vais continuer à perfectionner ma technique et exploser mes performances sur les 3 fondamentaux (squat, bench, deadlift), et sur des exercices de strongman. Parallèlement je poursuis mes objectifs bodybuilding pour construire et équilibrer mon physique. Ça serait dommage de mourir maigre ! (rire)

Côté professionnel, dès l'acquisition de mon diplôme je démarrerai mon activité de coach sportive sur le secteur de Lyon/Villeurbanne avec des coaching personnels en salle, et à distance avec un suivi.

Donner le goût de l'effort et accompagner des personnes pour atteindre leurs objectifs c'est exactement ce que je souhaite faire.

Quelques conseils...

Quels conseils donnerais-tu à ceux qui te lisent en ce moment ?

Pour la musculation allez à l'essentiel, oublier les techniques d'entraînement farfelues et donnez vous à fond. Oubliez le regard des gens et la critique. Entourez vous de personnes positives et qui vous comprennent grâce à des valeurs communes, c'est important.

Pour une progression optimale n'hésitez pas à vous adresser à un professionnel qualifié et qui vous inspire, vous gagnerez énormément de temps et vous éviterez les erreurs.

En général, qu'il s'agisse du domaine sportif ou autre, osez et travaillez ! Réalisez les choses que vous rêvez d'accomplir même si elles vous paraissent impossibles.

Je pense que dans la vie très peu de choses sont données et énormément sont méritées, alors travaillez et n'abandonnez jamais. Gaby Strong Lady