Les troubles de l’érection touchent de nombreux français

Sujet tabou chez les hommes, « l’impuissance » touche de nombreux mâles. En France (jadis « la Gaule »), un homme de plus de 40 ans sur trois souffre de troubles de l’érection, cependant ce problème peut toucher aussi des personnes d’une vingtaine d’années.

Selon l'International Index of Erectile Function (IIEF), la proportion d’hommes de tous âges concernés par les problèmes d’érection serait de 18,9 %.

Entre 2 et 3 millions de Français seraient concernés, mais seulement 10 % suivraient un traitement. Résignation, honte ou méconnaissance, de nombreux hommes se privent d'une solution médicale qui pourrait leur permettre de retrouver leur vigueur.  

Les dysfonctions érectiles sont définies comme une incapacité à maintenir ou obtenir une érection suffisante pour permettre un rapport sexuel. Pour un homme, ne pas pouvoir « sortir son épée du fourreau » peut considérablement dégrader une qualité de vie de couple mais aussi le dévaloriser et le faire sentir impuissant (et à juste titre !).

Un problème d’érection peut être en relation avec des soucis de santé tels que le diabète, problème au niveau de la prostate, hypertension, obésité…

Si au réveil vous ne « dresser plus le chapiteau », alors il faut commencer à se poser des questions. La célèbre « gaule du matin » est un phénomène physiologique automatique qui gage du bon fonctionnement de ce mécanisme, elle est indépendante de toute excitation.

Une baisse de libido peut engendrer une dysfonction érectile

La libido est le désir sexuel. C’est l’envie, le désir de s’adonner à une pratique sexuelle.

Une hausse de libido peut être déclenchée par un partenaire, des images ou même des pensées.

Avant de changer de partenaires de se perdre sur adopteunchiendetalus.com il faut savoir que la libido est dépendante de plusieurs facteurs. Elle peut être affectée par la relation de couple, la santé physique, une maladie, l’état psychologique, un traitement médical, ou différents événements imprévus.

La musculation associée à un travail cardio, permet une amélioration de la santé générale et notamment contribue à améliorer les rapports sexuels (santé cardio vasculaire améliorée, meilleur afflux sanguin). Paradoxalement, pour les sportifs assidus, les culturistes et autres pratiquants de la musculation, des entrainements très intensifs couplés avec un régime pauvre en calories et en lipides, peuvent conduire à une baisse de libido. Les culturistes en phase de restriction calorique (en phase de sèche) sur plusieurs semaines, peuvent subir une baisse de désir sexuel importante.

L’utilisation abusive de stéroïdes anabolisants peut affecter aussi la libido en supprimant le bon fonctionnement de l'axe hypothalamo-hypophyso-testiculaire (HPT) par une rétroaction négative.

Un apport exogène d'hormones, se substitue logiquement à une production endogène naturelle. Les personnes utilisant les stéroïdes anabolisants ou ayant recours à des injections de testostérone ou autres hormones, sont sujettes à risque de développer un hypogonadisme. Les symptômes d'hypogonadisme apparaissent habituellement pendant la phase post cycle. Ces symptômes sont caractérisés par une libido diminuée ou absente, ainsi qu'une dysfonction érectile.

Comment fonctionne l’érection ?

L’érection est directement liée au cerveau. Le système nerveux de l’appareil génital, et ce, même au repos, est dirigé et contrôlé par le cerveau. Ainsi la petite tête reste toujours le bon soldat au garde à vous de la grosse tête !

Les réactions et comportements sexuels chez l’homme sont provoqués par des signaux d’excitation ou d’inhibition. Lorsque un homme est excité, des messages de stimulation sont envoyés au cerveau et vont se diriger ensuite, par le biais des nerfs érecteurs en passant par la moelle épinière, vers la verge.

Les vaisseaux sanguins du corps spongieux se gorgent alors de sang entraînant la rigidité du pénis. L’afflux du sang s’accélère, les muscles lisses se relâchent, la pression augmente et la verge gonfle. Le sang doit rester présent dans les corps caverneux jusqu’au moment de l’éjaculation afin que l’érection se maintienne toute la durée du rapport.

La taille du pénis joue aussi un rôle et ceux de plus petites tailles ou de tailles normales sont plus facilement « gonflés » que les gros pénis. Le fameux adage « mieux vaut une petite qui frétille qu’une grosse qui roupille » prend alors tout son sens.

Les médicaments connus pour contrer les problèmes d’érection sont le viagra®, le Cialis®, le Levitra®. Ces médicaments améliorent tous la qualité de l’érection et se différencient par leur durée d’action. Le viagra agit immédiatement et durant 4-5 heures c’est le plus connu, le Cialis® agit pendant plus de 24h, Levitra® agit également pendant 5 heures environ. Ces médicaments doivent être pris avec précautions et sous suivi médical.

Certains suppléments sans ordonnances contribuent à améliorer l’érection même si ce n’est pas l’effet recherché. L’arginine et la citrulline sont des précurseurs de monoxyde d’azote et sont en tête de liste des suppléments efficaces pour booster l’érection.

Le NO ou monoxyde d'azote est une molécule gazeuse essentielle produite par le corps. Ce composé chimique est composé d'un atome d'oxygène et d'un atome d'azote. Il est synthétisé naturellement par l’organisme à partir de la L-arginine et de l'oxygène par plusieurs enzymes dites NO synthases (NOS). Le NO a pour rôle d'encourager le relâchement des muscles lisses autour des vaisseaux sanguins pouvant ainsi s’élargir et se dilater. Cette production de NO amène une augmentation significative du débit sanguin qui peut impacter favorablement le bon fonctionnement de l’érection.

L’action de l’arginine sur l’érection est bien connue et à l’avantage de ne pas présenter de dangers et d’effets secondaires. Plusieurs études ont été faites et ont montré des améliorations significatives sur la fonction érectile.

La testostérone pour booster la sexualité

La testostérone est une hormone stéroïdienne du groupe des androgènes. Elle est sécrétée par les testicules, et de faibles quantités sont aussi sécrétées par les glandes surrénales. C'est la principale hormone sexuelle mâle et le stéroïde anabolisant « original ». Elle agit sur la synthèse des protéines, la masse musculaire, la densité osseuse et bien sûr les fonctions sexuelles. Les raisons de sa chute sont souvent liées à l’âge, aux surentrainements et à une alimentation hypo-calorique ou souvent basse en lipides.

Chez l'homme, la testostérone est la principale hormone sexuelle. Elle a donc une forte influence sur la sexualité et sur les fonctions physiologiques qui y sont reliées (érection, éjaculation, etc.). Elle est qualifiée souvent "d'hormone de la libido" et permet d'avoir des érections répétées et durables. Un manque de cette hormone peut causer une baisse de la libido et des mauvaises performances sexuelles (pannes par exemple).

Dans ce cas, un traitement hormonal suivi médicalement peut être proposé. Il s’agit d’administration de testostérone sous différentes formes possibles (patchs, comprimés ou injections).

Bien que moins puissants, il existe certains compléments alimentaires dont l’efficacité sur la hausse du taux de testostérone varie.

Le TNT Male est une formule intéressante qui combine l’acide D-aspartique et le trans-resveratrol.

L’acide D-aspartique est un acide aminé non essentiel présent naturellement dans l’alimentation. On le trouve particulièrement dans l’hypophyse, dans l’hypothalamus et les testicules. L’acide D-aspartique ordonne à l’hypophyse de sécréter de l’hormone lutéinisante (LH) et de l’hormone folliculostimulante (FSH) en se liant avec des récepteurs spécifiques appelés NMDA qui va favoriser la sécrétion de la gonadoréline (GnRH).  Ces deux hormones (LH et FSH) présentes dans les testicules vont déclencher le processus qui aboutit à la sécrétion de testostérone.

L’acide D-aspartique également produit à l’intérieur des testicules va donc agir directement sur les cellules de Leydig permettant ainsi l’augmenter de la production de testostérone et de sperme.

Une étude en laboratoire sur des cellules de Leydig isolées a démontré que seules les cellules contenant de l’acide D-aspartique affichaient une augmentation de la production de testostérone. Des études ont révélé une hausse de testostérone allant même jusqu’à 30%.

Cependant une hausse du taux de testostérone pourrait s’accompagner d’une hausse du taux d’œstrogènes, c’est le phénomène de l’aromatisation d’où la combinaison avec le trans-resveratrol.

Le resveratrol est un phytonutriment très étudié notamment pour son action protectrice et antioxydante. On le trouve, entre autres, dans la peau et les pépins de raisin rouge.  Il est utilisé surtout en supplémentation pour se défendre contre les radicaux libres, c’est un antioxydant puissant.

Plusieurs études montrant les effets positifs du resvératrol ont été réalisées à l’aide du trans-resvératrol, l’un des deux isomères du resvératrol (avec le cis-resveratrol).

Une action moins connue du trans-resveratrol est son action sur l’inhibition de l’aromatase, une enzyme dont la fonction principale est d’aromatiser les androgènes en produisant des œstrogènes. L’aromatase convertit ainsi une partie de la testostérone en œstradiol.  En inhibant en partie l’aromatase le trans-resveratrol va aussi contribuer à l’élévation du taux de testostérone.

Liens externes :
http://ergo-log.com/dasparticacidtestosterone.html
http://www.rbej.com/content/7/1/120
http://www.ergo-log.com/resveratrolantioestrogen.html
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16611627